FABIENNE CRESENS

Vit et travaille à Bruxelles, Belgique

Il existe deux series du travail de Fabienne Cresens.

La Montée des Eaux et Sauvages Imaginaires

SAUVAGES IMAGINAIRES


La force expressive de la série Sauvages Imaginaires tient, pour partie, à ce que le geste de Fabienne Cresens relève d’une véritable opération de magie : il fait entrer les figures dans une dimension charnelle de l’image régie par les puissances joyeusement souterraines et célestes du sortilège.
Rimes visuelles orgiaques, il faut voir les créatures dévaler la ville. Elles débordent de partout, jusqu’à l’étourdissement et l’anéantissement de la matière et de l’espace, emboitant des réalités où les transmutations, les métamorphoses et les mondes originels - contenus dans toute chose dans la nature - fusionnent dans l’urbanité. Comme s’il existait un dialogue secret entre tous les éléments du vivant dans les jeux d’ombres tournés vers la lumière. Comme si tous les « contraires », la mort et la vie, l’astre du jour et l’astre de nuit, le masculin et le féminin, étaient enfin réunis.

 - Sylvia Botella

SAUVAGES IMAGINAIRES  - disponible en 3 formats

DATE VARIABLE

100x100cm

Papier Ilford Gallery Smooth Pearl 310g
Oeuvre accompagnée d'un certificat d'authenticité. - Ceci n'est pas une édition limitée selon les volontés de l'artiste.

Prix : 800€

----

40x40cm

Papier Ilford Gallery Smooth Pearl 310g
Oeuvre accompagnée d'un certificat d'authenticité. - Ceci n'est pas une édition limitée selon les volontés de l'artiste.

Prix : 350€

----

20x20cm

Papier Ilford Gallery Smooth Pearl 310g
Oeuvre accompagnée d'un certificat d'authenticité. - Ceci n'est pas une édition limitée selon les volontés de l'artiste.

Prix : 250€

QUI EST FABIENNE CRESENS ?

Fabienne Cresens est une photographe autodidacte belge. Elle ne cesse depuis l’âge de dix-sept ans, d’élargir le champ de son art, de l’argentique au numérique aujourd’hui, avec ce qu’elle nomme des objets photographiques qui ouvrent la voie à de nouvelles expérimentations qu’elle mène principalement à Bruxelles.
Quand notre perception de la réalité est asphyxiée au point de faire naître le doute sur la vérité de ce qu’on le voit et jeter ainsi la confusion dans les consciences, Fabienne Cresens travaille sur l’archéologie du réel, ses chutes et ses beautés.
 
Ce sont des des visages à pensées, des paysages d’étrangeté, des moments de passion, que nous parcourons, regardons, immergés dans des univers qui nous pénètrent, où se déversent le je et le nous.
On en ressort différent, transformé par une question : « Que veulent ces images qui se soustraient à la matière et au temps ? Que veulent-elles de moi ? ».
 
Au cœur de son travail, il y a la vision brisée, sombre, rendue au lyrisme. Mais un lyrisme qui se veut profondément réaliste.


 

© L'EMPRESSÉE

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER
  • Instagram

suivez nous !